wing foil 1tnVa5dS M4 unsplash 4

Le WingFoil

On pourrait appeler le wingfoil un hybride entre le kitesurf et le windsurf. Tout comme la manipulation d’une aile de kitesurf sans lignes, ou d’une voile de windsurf sans mât.

Je dois avouer que, la première fois que j’ai vu un wingfoil, il ne m’a pas du tout attiré, je l’ai même considéré comme, …. vraiment ? Je ne pouvais certainement pas le concevoir. Je me souviens aussi que je n’étais pas seul à penser ainsi et que de nombreux riders partageaient cette apathie lorsque nous voyions un wingfoil pour la première fois.

Bien sûr, comme je suis curieux de nature, cette perplexité m’a conduit à la curiosité de l’essayer. De plus, j’ai trouvé que les conditions de mer et de vent étaient idéales. C’est là que j’ai été captivé, tout me semblait plus libre, plus réel, je ne sais pas, une sensation dont je suis tombé amoureux, pour être honnête. Le même jour, après ma première séance d’essai de wingfoil, je suis allé acheter ce qui allait être mon premier wingfoil.

Histoire du Wingfoil

C’est drôle comme les choses sont et je pense que cela est arrivé à plus d’un d’entre nous. Je veux dire que lorsque vous pensez qu’une nouvelle nouveauté est arrivée, qu’une grande invention ou une idée fabuleuse vous est venue à l’esprit, il s’avère que lorsque vous faites une petite recherche, tout a déjà été inventé. Eh bien, la même chose se produit avec le Wingfoil, en pensant que c’était une grande idée actuelle, il s’avère que les origines du Wingfoil nous ramènent aux années 80, lorsque Jim Drake, inventeur pionnier de la planche à voile, a débarqué à Kailua avec une sorte de voile à main. Un autre maître du windsurf, Peter Cabrinha, s’y est également essayé, mais à l’époque, ce n’était pas très convaincant, car la voile, montée sur des tubes rigides, était très lourde et grosse à manipuler.

Simultanément, Roland Le Bail, de Bretagne, a créé le : Bird Sail, une voile élancée à la composition robuste qui fonctionnait sur l’eau et sur terre. Le problème qu’il ne s’est pas démarqué est que, au milieu des années 80, le funboard était en plein essor et n’a pas aidé son invention.

Vers 1987, un autre genre de voile est apparu, baptisé le « Wind Gun ». Inventé par Tom Magruder, il s’agissait d’une aile de type « Bird Sail » mais montée et reliée à une planche à voile par un mât. Le gadget permettait de faire d’énormes sauts en hauteur tout en volant sur de longues distances. C’était un spectacle à voir, c’était fou. . .

Plus tard, dans les années 2000, le « KiteWing » a été développé. Cette aile à la composition rigide faite de cylindres d’aluminium prend la forme d’une « voile d’oiseau », elle était plutôt utilisée sur les lacs gelés avec des skis et des patins à glace. Dans l’eau, l’aile était encore trop difficile à soulever en cas de chute, elle flottait à peine et la planche générait beaucoup de friction.

Comme dernière avancée à l’approche de notre ère, il convient de mentionner une vidéo du premier wing surf qui a été importé des montagnes de Finlande. Nous retrouvons le rider Ivan van Vuuren fondateur de SPG et Pascal Hardy d’Eternal Riders, à Maui. Il navigue sur une planche à voile pour enfants de 2,5 m, ainsi que sur un SUP Jimmy Lewis de 3,5 m (l’une des premières planches de SUP personnalisées).

Comme vous pouvez le constater, le Wing Foil a une longue histoire de tentatives et d’évolution. C’est maintenant, grâce au soutien et à l’évolution des voiles gonflables de kitesurf et surtout, à la dernière apparition de l’hydrofoil, que ce « nouveau » type de voile appelé wing-foil revient avec plus de force que jamais sur le marché.

Comment se lancer dans le wingfoil

Se lancer dans le Wing Foil vous permettra d’expérimenter de nouvelles sensations de navigation. En même temps, vous pouvez naviguer librement et facilement. Il est également très simple à utiliser et facile à mettre en place.

Le Wingfoiling peut être pratiqué dans n’importe quelle direction du vent, mais comme pour les autres types de voile, surtout au début, ne naviguez pas uniquement par vent de terre. Jusqu’à ce que vous ayez une bonne technique, le plus intéressant sera les vents latéraux sous le vent. Tu peux aussi surfer avec le wingfoil, mais tu peux utiliser la puissance qu’il te donne pour revenir au pic et prendre de nouvelles vagues.

Conditions idéales pour débuter avec le wingfoil

Mon conseil pour commencer à apprendre à faire du wingfoil est une mer calme, avec peu de houle et une moyenne de 15 à 20kts. Vous trouverez plus confortable d’apprendre avec un vent latéral.

Un autre point serait également d’éviter les taches d’algues, cela vaut la peine de faire un km supplémentaire plutôt que de se battre avec les algues. Enfin et idéalement, un endroit où la profondeur de l’eau vous permet de toucher le sol. Il doit également vous permettre de monter confortablement sur l’hydroptère sans l’endommager.

Avant de vous mettre à l’eau avec la planche, entraînez-vous sur terre à utiliser les différents points de prise. Ressentez les sensations de puissance que vous procure les différents angles et points. Familiarisez-vous avec la planche aussi longtemps que nécessaire et ensuite, une fois dans l’eau, vous aurez ces notions et serez capable d’anticiper les événements qui peuvent se produire.

Lorsque vous aurez pris le coup de main, vous pourrez naviguer avec le Wingfoil à partir de 8 nœuds et 10 nœuds jusqu’à 35 nœuds selon ce que j’ai vu.

Quelle taille d’aile dois-je choisir ?

Le Wingfoil est spécialement conçu pour les planches à foils mais peut aussi être utilisé avec d’autres types de planches sans foils, surtout au début. Comme pour le kitesurf, les wingfoils existent en différentes tailles. La taille du profil d’aile est mesurée par sa surface.

La taille de l’aile dépendra en grande partie des compétences et du poids du rider ainsi que de la configuration de l’HydroFoil. Voici les gammes les plus couramment utilisées par tous les fabricants :

Dimensions (m2) 2,6 – 2,8 3,3 – 3,5 4 – 4,2 567
Plage de vent (nœuds) 25-42 20-35 15-30 12-25 8-20 08-16

Un conseil que je peux vous donner sur le choix de la taille de l’aile est qu’il y a deux tendances dans la construction des ailes : celles qui sont très légères mais moins renforcées et donc moins résistantes dans le temps. Et celles qui sont plus lourdes et renforcées mais plus durables et résistantes aux chocs. Ainsi, il est plus intelligent et plus économique d’investir dans une taille d’aile (4m2 ou 5m2) et deux tailles de foils pour couvrir un plus grand rayon d’action à moindre coût, que dans deux tailles d’aile et une seule taille de foil. Par exemple, une aile coûte en moyenne 700 €, tandis qu’une ailette de foil en aluminium coûte environ 350 €.

Un bord d’attaque de plus grand diamètre vous permettra de naviguer dans des vents plus légers.
La nervure centrale fournit la forme et la rigidité primaires pour pomper et générer de la puissance dans les vents légers. Duotone propose un modèle, le Duotone Echo, qui comporte une flèche au lieu d’une nervure centrale.
Les fenêtres vous donneront une visibilité que vous apprécierez dans les zones à fort trafic et éliminent les angles morts que d’autres modèle n’offrent pas. Ils sont vraiment efficaces et apportent une sécurité supplémentaire.
Les poignées sont essentielles et nous donnent la prise avec le wingfoil. Les plus petits modèles, de 4 mètres et moins, ont une seule poignée pour la main avant et deux poignées arrière. La poignée arrière la plus avancée est idéale pour fixer la position lorsqu’on s’agenouille sur la planche. Les tailles plus grandes (5 et plus) offrent deux poignées avant et deux poignées arrière pour donner aux riders plus de configurations de contrôle dans différentes conditions de vent et fournir plus de portée.

Réglage du profil d’aile

Pour installer le WingFoil et entrer dans l’eau avec votre équipement de la manière la plus simple, la plus confortable et surtout sans l’endommager. Je recommande les étapes suivantes :

Montez l’hydroptère et laissez-le prêt près du rivage, et à la hauteur où vous allez entrer dans l’eau …
Prenez votre combinaison ou votre maillot de bain et tout l’équipement que vous allez utiliser pour la navigation.
Gonfler le l’aile : Il est toujours préférable de laisser ce point à la fin afin que l’aile soit exposée à un minimum de frottements et de bosses. Attachez rapidement la sangle de sécurité à votre poignet.
Transportez la Wing-Foil en la tenant du bord d’attaque vers le vent de façon à ce que sa portance soit neutre et facile à transporter.
Entrée dans l’eau : Vous êtes prêt, le winfoil est gonflé, fixé et dans une position de maintien confortable. L’hydroptère est monté et se trouve à un endroit confortable, proche de la hauteur à laquelle vous allez entrer dans l’eau. Maintenant, faites très attention et essayez de toujours porter votre planche sur le côté le plus éloigné de la direction du wingfoil, il est très facile et surtout à l’entrée ou à la sortie que l’hydrofoil puisse endommager le wingfoil.

L’adaptation d’une planche sera vitale lors de l’apprentissage du wingfoil. Une planche plus grande (en litres) est préférable à une planche plus petite. Gardez à l’esprit que vous devez bien vous adapter au contrôle de l’aile et qu’une planche plus grande vous donnera plus de stabilité. Au fur et à mesure que vous progressez, vous pouvez passer à des planches plus petites. La taille est également définie par votre poids, c’est pourquoi je ne peux pas conseiller une taille spécifique.

Avant d’opter pour une planche à foils, et une recommandation qui vous aidera beaucoup, c’est de pratiquer quelques sessions sur n’importe quelle planche qui flotte bien, la plus grande étant la meilleure, afin de pouvoir pratiquer les mouvements du foils, la traction des différents angles et d’autres techniques. Cela vous aidera beaucoup.

Lorsque vous vous sentez en confiance et en fonction du niveau que vous avez avec l’hydrofoil, vous pouvez passer à la planche d’hydrofoil et ce qui est mentionné ci-dessus, une plus grande planche vous donnera toujours plus de stabilité et au début, jusqu’à ce que vous vous habituiez à la manipulation de l’hydrofoil et de ses techniques, beaucoup mieux.

La première étape consiste à se mettre à genoux sur la planche et à s’habituer à avoir le wing foil dans les mains (et non l’inverse) avec les poignées prévues à cet effet. Essayez ensuite de placer le l’aile au-dessus de votre tête de façon à ce que les côtés ne touchent pas l’eau, et un peu plus près du nez de la planche, ce qui la place dans un axe presque neutre au vent. L’objectif de cette étape est d’apprendre à contrôler la portance de la voile, sa réaction aux rafales et à trouver une position stable sur la planche. Une fois que vous êtes stable et que vous pouvez contrôler l’aile comme vous le souhaitez, vous pouvez la tourner plus latéralement pour obtenir plus de portance et rendre votre planche plus rapide.

Pour passer à la deuxième étape, vous devez avoir accumulé une vitesse suffisante. Une fois que vous avez pris de la vitesse, vous pouvez placer votre pied avant au centre de la planche. Cela vous permet de vous lever en deux temps, ce qui est beaucoup plus facile.

Vous pouvez ensuite passer à la troisième étape en plaçant cette fois votre pied arrière sur la planche pour vous mettre debout. Il est essentiel pour un décollage réussi d’avoir un bon placement des pieds : le pied arrière doit être centré sur la planche et idéalement placé juste au-dessus du mât du foil, le pied avant doit être centré sur la planche devant le pied arrière avec un espace entre les pieds équivalent à la largeur des épaules. Ces espaces sont susceptibles de varier en fonction de la taille et du volume de votre aile.

Au début, je recommande de garder l’aile relativement au-dessus de votre tête, dans une position de portance proche du vent neutre, afin qu’elle ne soit pas déséquilibrée par les rafales. Ensuite, vous pouvez la déplacer un peu vers le bas et orienter la côte centrale parallèlement à l’eau. Vous remarquerez que cela vous donne plus de portance et de vitesse.

La quatrième étape est le décollage proprement dit. Maintenant, vous aurez assez de vitesse avec votre planche pour activer l’élévateur à hydrofoil. Pour faciliter cela, vous pouvez faire un léger mouvement de « pompage » en allégeant successivement votre poids sur la jambe avant puis sur la jambe arrière pour jouer sur l’angle de l’aile avant du fleuret et obtenir plus d’appui. Lorsque l’hydroptère décolle, vous devez déplacer votre poids vers le pied avant et tenir fermement l’hydroptère tout en restant droit pour maximiser également la portance du vent. Répétez cette séquence autant de fois que nécessaire (parfois une fois, parfois dix…) jusqu’à ce que vous décolliez.

Sécurité en WingFoil

Le Wingfoil est un sport de glisse qui présente les dangers d’autres sports plus extrêmes comme la planche à voile, le kitesurf ou tout autre sport à foils. Je conseille à chaque rider d’avoir l’équipement suivant lors de sa session : leash de planche et leash d’aile (obligatoire), gilet de flottabilité/impact (obligatoire si vous allez à plus de 300m de la côte), casque (fortement recommandé). Je vous déconseille de le faire seul, quel que soit votre niveau de pratique, ou au moins de toujours prévenir quelqu’un de votre séance.

Pratiquez également le WingFoil sur des endroits que vous connaissez déjà. Le temps sur les océans et les lacs peut changer et être aléatoire, il est essentiel de toujours rester relativement près du rivage afin de pouvoir revenir rapidement et facilement si le vent change, devient plus fort ou tombe complètement. Soyez très attentif aux courants dus aux marées et à la houle. Et attention aux vents du large, qui peuvent vous donner du fil à retordre !

Avantages du WingFoil

Le wingfoiling est considéré comme la prochaine grande tendance des sports nautiques. La combinaison du windfoiling et du kitefoiling connaît un développement très dynamique. Il est populaire de plusieurs côtés : principalement les véliplanchistes et les kiters qui s’essaient à ce sport, mais il y a aussi de tout nouveaux venus.

Par rapport à la planche à voile, le premier grand avantage est la petite taille de l’équipement. Les ailes sont soutenues par l’air comme des cerfs-volants et peuvent être enroulées en petit. Les planches ont généralement une longueur de 2 mètres, parfois beaucoup plus courte. Tout est encombrant avec le foil et le wingfoil montés, mais moins encombrant que l’équipement de planche à voile.

Contrairement au kite, beaucoup voient des avantages significatifs dans l’aile du WingFoil: les longues lignes gênantes sont complètement absentes. Cela rend également le sport beaucoup plus sûr, car la manipulation dangereuse du kite et l’espace nécessaire pour le lancer et l’atterrir ne sont plus nécessaires. Ces dangers ont conduit à l’interdiction des kites dans de nombreux endroits. Les wingfoils ouvrent également des endroits qui étaient tabous pour les kiters.